Bécasseau sanderling

Bécasseau sanderling

 

Nom scientifique : Calidris alba
Famille : scolopacidés
Taille : 18-21 cm
Envergure : 36 à 39 cm
Poids : 45-85 grammes
Âge maximum : 13 ans
Taux de survie : ? %

 

Aspect

Le Bécasseau sanderling est le plus clair des plumages de limicoles, avec le dessus gris et le dessous blanc, et une large barre blanche traversant l'aile bordée d'une marque noire au poignet de l'aile. Le Bécasseau sanderling tranche avec les autres bécasseaux par son aspect et son comportement. De la taille du Bécasseau variable, il s'en distingue par un corps plus trapu et par un bec trapu plus court et plus droit. À marée haute, Bécasseaux sanderlings et variables se mélangent souvent, les premiers opposant leur pâleur à l'ensemble plus sombre composé par les variables. Du fait de son intense activité, il peut être pris pour un Bécasseau minute, mais s'en différencie par son bec plus gros et par sa plus large et plus blanche barre alaire encadrée de noir et par l'absence d'orteil postérieur. Les deux sexes sont identiques.

Photographie Guy Bourderionnet - album.oiseau-libre.net

Le Bécasseau sanderling est visible en plumage nuptial uniquement en mai et juin. Sur nos côtes, leurs troupes offrent un spectacle bigarré, dû aux divers stades de la mue. Ce n'est que dans les maigres toundras de l'Arctique, où ils nichent en été, qu'ils revêtent leur plumage nuptial. Il est alors brun roussâtre sur le dessus et est brun roux sur la tête, la poitrine, le haut des flancs. Il est pailleté de noir et de blanc sur le dos et il est tacheté de noir à la poitrine. Son ventre est blanc pur. En plumage d'hiver, il arbore une face et une poitrine blanche, le dessus gris pâle perle présente une marque noire au poignet. En vol, on remarquera la large barre alaire blanche. Le juvénile a un dessus fortement quadrillé de noir et blanc, nuancé au début de fauve rosé sur la tête et la poitrine.

Comportement

Comme l'indique son nom, d'origine germanique, le sanderling est un oiseau qui aime les rivages sablonneux. Ce petit limicole est connu pour ses va-et-vient perpétuels avec les vagues, avançant et reculant avec le flot. Il trottine sans cesse tête baissée le long de la plage, picorant sans cesse à la recherche de leurs proies et se laisse souvent approcher à quelques mètres avant de s'envoler, en poussant des touik touik étouffés, pour se reposer aussitôt un peu plus loin. Il s'observe ordinairement en troupes homogènes.

Habitat

Le Sanderling niche dans la toundra pierreuse de l'Arctique. Le reste de l'année, on le voit sur les plages de sable au bord de la mer et dans les estuaires. Il est aussi observé au bord des eaux intérieures proches des côtes ; mais est plus rarement présent à l'intérieur des terres, sinon lors des passages au printemps.

Aire de répartition

Répartition circumpolaire à l'extrême nord, à la limite de la banquise. Sibérie centrale, Groenland et Canada arctique. Hiverne sur toutes les côtes du monde.


Légende de la carte

Reproduction

Période de nidification : mai-juillet.
Nombre de couvaisons : 1 (2). Quand il y en a 2, chaque adulte s'occuperait de l'une d'elles.
Nombre d'œufs : quatre œufs piriformes vert olive tachés et maculés de brun et marron.
Incubation : 24-27 jours.

Nid : le nid est souvent situé en terrain caillouteux. C'est un simple creux au sol, garni de quelques feuilles de saule tombées là par hasard. Le nid est construit par la femelle, mais ce sont les deux parents qui couvent à tour de rôle. De mauvaises conditions météo sur les aires de nidification peuvent empêcher la reproduction.

Jeunes : nidifuges. Les poussins, élevés par les deux parents, quittent le nid après quelques heures.
Envol : à 23-24 jours.
Emancipation : ? jours.
Plumage juvénile : 5 mois
Première nidification : à 2 ans ?

Photographie Remi Rufer

Migration

Migrateurs en Europe de la fin de l'été à la fin du printemps. Hiverne de l'Europe du Nord-Ouest à l'hémisphère austral. De passage sur les côtes maritimes ; rare à l'intérieur des terres (en mai et en septembre surtout). La plupart des oiseaux de la mer du Nord nichent en Sibérie, tandis que beaucoup d'individus de la mer d'Irlande et de l'Atlantique se déplacent vers le Groenland. Capable de migrations au long cours. Ils parcourent de très grandes distances en migration.

Voix

Contact en vol : « plit » insistant et un peu liquide. Cri : tvic ou kuit sonore et liquide, rappelant un peu le Bécasseau minute ou le Gravelot à collier interrompu ; parfois, tuk, comme le Tournepierre à collier.

Nourriture naturelle

Insectes en été. En hiver recherche des petits crustacés (crevettes, etc.), des mollusques et des vers marins, des crustacés, des puces de mer, des restes de poissons et de méduses ainsi que d'autres invertébrés.

Etat des populations

Statut : Espèce non menacée.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site